Vaginite

Une vaginite est une inflammation du vagin le plus souvent d'origine infectieuse (mais pas toujours). La vaginite se manifeste par une irritation, des démangeaisons, une rougeur une sensation de gonflement douloureux au niveau de la vulve et du vagin. Lorsqu'elles sont d'origine infectieuse, les vaginites entraînent presque toujours des pertes vaginales anormales par leur aspect et leur volume.

Causes


On distingue 4 types de vaginites:


Vaginite à candida (ou vaginite à levures)

dans 40% des cas

L'infection par des levures appelées Candida albican est l'une des causes les plus fréquentes de vaginite. 3 femmes sur 4 en souffriront au moins une fois durant leur vie et près d'1 sur 2 connaîtra des infections à répétition. Chez une femme sur 20 environ, les vaginites à candida survenant plus de 4 fois dans l'année et peuvent devenir un problème très gênant dans la vie courante.

L'infection à Candida se caractérise habituellement par des pertes vaginales anormales par leur aspect et leur volume. Les pertes sont épaisses (comme du fromage blanc) mais inodores. Une sensation de démangeaison forte au niveau de la vulve et du vagin ainsi qu'une sensation de brûlure lors des rapports sexuels sont caractéristiques de la candidose.

Vaginoses bactériennes
dans 50% des cas



La vaginose bactérienne est la cause la plus fréquente des vaginites. La vaginose bactérienne est provoquée par la prolifération de bactéries pathogènesl'adjectif pathogène est utilisé pour désigner un agent ou une substance susceptible d’entraîner l'apparition d'une maladie. au sein du vagin. Cette prolifération suit généralement une modification du milieu (modification du pH, élévation du niveau de sucre etc). Paradoxalement, un excès d'hygiène peut provoquer ou accroître le risque de vaginose bactérienne. En effet, un lavage trop intense des parties génitales peut détruire la flore bactérienne naturelle et ainsi favoriser l'expansion de bactéries pathogènes.
La vaginose bactérienne se manifeste par des pertes vaginales abondantes dont l'odeur désagréable évoque le poisson. La vaginose bactérienne ne provoque généralement pas de démangeaisons ou d'irritations.


Vaginite à trichomonas

dans 10% des cas


La vaginite à trichomonas est classée parmi les infections sexuellement transmissibles (I.S.T.), elle est provoquée par un parasite appelé trichomonas. Les trichomonas peuvent se retrouver dans les serviettes de bain, sur les sièges de toilettes ou dans les maillots de bain humides, mais le mode de contamination principal demeure les rapports sexuels avec un partenaire infecté.
L'infection par les trichomonas provoque généralement des pertes vaginales jaunâtres et malodorantes. Cette infection provoque des démangeaisons, une sensation de brûlures et d'irritations.


Vaginite atrophique


Il s'agit d'un cas à part parmi les vaginites. la vaginite atrophique n'est pas d'origine infectieuse. La vaginite atrophique est causée par une baisse du taux d’estrogènes suivant la ménopause (ou l'ablation des ovaires). La baisse du niveau hormonal se traduit par un amincissement des parois vaginales et une moindre lubrification. La muqueuse vaginale est ainsi plus facilement irritable et plus vulnérable aux infections.

Facteurs de risque

Grossesse: la grossesse modifie la flore vaginale et peut affecter le métabolisme du sucre. La grossesse multiplie par 20 le risque de subir une infection vaginale par les levures de type candida.


Diabète:
les épisodes d'hyperglycémie entraînent une élimination du sucre par voie urinaire. Le sucre va favoriser la prolifération de certaines bactéries et élever le risque d'infection vaginale.


Traitements antibiotiques:
la prise d'antibiotiques peut détruire la flore bactérienne vaginale et éliminer des bactéries bénignes. Cela va libérer le terrain et permettre une colonisation par des bactéries pathogènes.


Excès d'hygiène intime:
comme pour les traitements antibiotiques, une pratique d'hygiène trop agressive détruit la flore bactérienne "normale" et favorise une colonisation par des bactéries pathogènes.

Diagnostic

Le diagnostic consiste à distinguer la cause exacte de la vaginite. Il passe par l'observation clinique et des analyses réalisées en laboratoire. Ces test permettent, en cas de vaginose bactérienne, d'adapter le traitement à la bactérie responsable.

Prévention

Recommandations pour prévenir l'apparition et la récidive des vaginites:

- Avoir une bonne hygiène intime, bien rincer et sécher correctement la région génitale.
- S’essuyer de l’avant vers l’arrière après la défécation pour éviter la propagation de bactéries de la région anale vers le vagin.
- Eviter la mise en contact du vagin avec des parfums et produits d'hygiène agressifs.
- Changer fréquemment de tampons lors des règles.
- Ne pas porter de sous-vêtements la nuit pour permettre une meilleure aération des zones urogénitales.

Moyenne: 4 (3 votes)