Épisclérite

L'épisclérite est une inflammation de l'épisclère, une fine membrane s'étendant entre la conjonctive (la couche superficielle de l’œil) et la sclérotique (les tissus constituant l'essentiel de la partie blanche de l’œil). L'épisclérite est relativement rare. Dans la plupart des cas, l'épisclérite va disparaître sans traitement.

Anatomie

épisclère


L'épisclère est une fine membrane proche de la surface de l'oeil. L'épisclère sépare la conjonctive, et la sclérotique. L'épisclère joue un rôle protecteur essentiel en empêchant qu'une atteinte de la conjonctive ne progresse vers la sclérotique.

Épisclérite simple ou nodulaire ?

Il existe deux formes cliniques d'épisclérite :

  • Épisclérite simple : il s'agit de la forme la plus fréquente. Elle apparaît par crises brèves mais récurrentes à un intervalle de 2 à 3 mois. Les crises durent généralement 7 à 10 jours et ne dépassent qu’exceptionnellement 2 ou 3 semaines.
  • Épisclérite nodulaire : plus douloureuse, l'épisclérite nodulaire est caractérisée par l'apparition de renflements au niveau de l'épisclère.

Qui est touché ?

L'épisclérite est relativement rare et donc peu étudiée. On ne connait pas, avec exactitude, l'ensemble des facteurs de risque de la maladie. Les femmes, selon une étude, représenteraient 74% des cas, mais d'autres enquêtes ne montrent pas de différences significatives des risques entre hommes et femmes. La maladie survient principalement entre les âges de 40 et 60 ans.

Causes

Dans la plupart des cas, aucune cause n'est découverte (on parlera alors d'épisclérite idiopathiquel'adjectif idiopathique est utilisé pour qualifier une pathologie sans cause connue).

L'épisclérite peut être associée à une pathologie auto-immuneL'adjectifauto-immun(e) désigne une maladie entraînant une réaction du système immunitaire contre l'organisme. ou infectieuse.

Parmi les pathologies auto-immunes les plus fréquemment associées :

Des pathologies infectieuses (virales, bactériennes, mycosiques ou parasitaires) peuvent être à l'origine de l'inflammation.

Symptômes

  • Gêne : une gêne oculaire est fréquente (une douleur peut survenir dans de rares cas).
  • Photophobie : une moindre tolérance à la lumière est un symptôme courant qui va s'estomper rapidement après la fin de la crise.
  • Larmoiement : un larmoiement modéré est observé dans une minorité des cas.

Diagnostic

    Le diagnostic est posé par un médecin ophtalmologiste après un examen visuel des yeux. Le diagnostic vise à caractériser l'épisclérite et évacuer la possibilité d'une atteinte d'un autre tissu de l’œil (notamment la possibilité d'une conjonctivite et d'une uvéite antérieure (inflammation de l'uvée). On trouve une uvéite associée dans 1 cas d'épisclérite sur 10.

    Dans certains cas, notamment en cas de symptômes affectant une autre zone du corps, des analyses et examens pourront être réalisés pour rechercher une maladie auto-immune à l'origine de l'inflammation.

Moyenne: 3.5 (2 votes)