Conjonctivite vernale

La conjonctivite vernale est une inflammation chronique de la conjonctive, une fine membrane couvrant la partie blanche de l’œil et l'intérieur des paupières. Il s'agit d'une forme rare de conjonctivite affectant principalement les garçons entre les âges de 5 et 25 ans.

Dénomination

L'adjectif vernal signifie «printanier ». Ce nom vient de ce que les symptômes de la maladie tendent à s'aggraver au printemps.

Anatomie

œil: anatomie
La conjonctive assure la lubrification de l’œil en produisant des larmes. La conjonctive est un tissu très réactif en cas d'infection ou de traumatisme et produit une réaction inflammatoire intense: les vaisseaux sanguins vont se dilater et les yeux vont prendre l'aspect rouge caractéristique de la conjonctivite. La dilatation des vaisseaux permet un afflux sanguin plus important au niveau de la surface de l’œil. Ceci va faciliter la réaction immunitaire face à une infection éventuelle ou la capacité de réparation des tissus en cas de lésions.

Causes

Les causes de la maladie n'ont pas été entièrement élucidées. La pathologie implique des mécanismes allergiques (avec une implication des IgE, un type d'anticorps jouant un rôle important dans les réponses inflammatoires allergiques) sans que l'on retrouve nécessairement d'allergènes. Les tests allergiques ne montrent aucune allergie dans 50% des cas1.
La maladie pourrait être liée à l'eczéma. Des antécédents d'eczéma chez le patient ou au sein de sa famille sont retrouver dans 80% des cas.
Le climat est un facteur de risque important. La conjonctivite vernale est ainsi plus fréquente parmi les populations vivant sous un climat chaud et sec.

Symptômes

  • Démangeaisons : le patient ressent des démangeaisons intenses et une sensation de brûlure au niveau des deux yeux.
  • Écoulements : un écoulement liquide épais est observé à la commissure des paupières.

Les conjonctivite vernales ont tendance à s'étendre à la cornée (on parle de kératoconjonctivite vernale). L'extension de l'inflammation à la cornée est susceptible d’entraîner des symptômes visuels, notamment :

  • Photophobie: l'exposition à une lumière vive est douloureuse.
  • Baisse de l'acuité visuelle: une baisse modérée de l'acuité visuelle est observée.

comment la maladie évolue-t-elle?

La maladie apparaît dans l'enfance (vers l'âge de 5 ans) et disparaît dans 9 cas sur 10 entre les âges de 20 et 25 ans. La maladie revient par crise, avec une intensité plus forte des symptômes au printemps. Les traitements permettent de réduire la gêne en attendant que la pathologie disparaisse d'elle-même à l'âge adulte.

Dans l'extrême majorité des cas, la pathologie disparaît sans avoir provoqué de séquelles visuelles importantes ou invalidantes.

Diagnostic

Le diagnostic est posé par un médecin ophtalmologiste. La difficulté du diagnostic est de distinguer la conjonctivite vernale des autres types de conjonctivites allergiques.
Le diagnostic est posé un examen approfondi des yeux. La conjonctivite vernale se distingue de la conjonctivite saisonnière sur plusieurs points :

  • Aspect de la face interne des paupières : les conjonctivite vernale se signale par un aspect irrégulier de l'intérieur de la paupières. ( voir en imageconjonctivite à papilles géantes )
  • Nature de des écoulements oculaires : l'écoulement est de consistance plus épaisse que pour les autres types de conjonctivites allergiques.

Les symptômes de la conjonctivite vernale sont généralement plus concentrés au niveau des yeux que pour les autres types de conjonctivites allergiques (qui s'associent fréquemment à l'apparition d'une rhinite allergique).

Aucun vote pour le moment