Aunée

L'aunée, inula hellenium, est une plante vivace originaire d'Europe. Son nom est le produit d'une déformation du nom Héllena. La légende veut en effet que cette plante soit née d'une larme d'Hélène dont l'enlèvement par Pâris causa la guerre de Troie... Plus prosaïquement, l'aunée appartient à la vaste famille des astéracées (qui comprend de nombreuse plantes connues pour leur fleur comme la marguerite ou le pissenlit). La fleur jaune de l'aunée rappelle d'ailleurs fortement celle du pissenlit. L'aunée est utilisée à des fins culinaires et médicinales. Très puissamment aromatique, elle entre dans la composition de nombreux desserts traditionnels en Allemagne et en Europe centrale. Ses propriétés médicinales en ont fait un plante utilisée contre les infections et les maladies respiratoires (comme l'asthme et la bronchite). L'aunée fait aujourd'hui l'objet d'investigations dans le traitement du cancer.

Nom botanique


Inula helenium

Nom anglais : elecampane

Principes actifs

Inuline

Usage traditionnel

L'aunée a été utilisée depuis le moyen-âge pour ses propriétés expectorantes. L'aunée est connue comme un stimulant du système respiratoire et a longtemps servi à traiter l'asthme et les bronchites chroniques.

Partie de la plante utilisée

On utilise en phytothérapie traditionnelle essentiellement les racines de l'aunée. C'est en effet dans les racines que se concentre le latex riche en inuline.

Mode de préparation

Décoction: 5 à 10 grammes de racines écrasées par litre, faire bouillir 10 minutes. 3 tasses par jour (une tasse à chaque repas).

La plante sèche peut être utilisée à faible dose comme plante aromatique dans la préparation de desserts ou d'eaux-de-vie.

Usage contemporain

L'aunée est une plante médicinale peu étudiée. On compte une trentaine de publications sur la base de données médicales pubmed et aucune ne contient de données cliniques. Les chercheurs s'intéressent à l'aunée essentiellement en prévention et en traitement du cancer:

En prévention, l'inuline, le principe actif de l'aunée pourrait stimuler la production d'enzymes détoxifiante par le foie et réduire ainsi la circulation dans l'organisme de composés cancérigènes1,2.

En traitement, l'inuline a montré une forte capacité à inhiber la croissance des cellules cancéreuses3 ainsi qu'à induire leur apoptose'. Une étude montre que l'inuline n'est toxique pour les cellules normales du sang qu'à un niveau 100 fois supérieur au niveau à partir duquel les cellules cancéreuses sont détruites5,6.

Ces résultats sont encore très préliminaires, mais le profil de toxicité de l'aunée en fait une plante particulièrement intéressante.

Précautions

L'aunée n'est pas considérée comme une plante toxique ou dangereuse au doses couramment utilisées.

Aucun vote pour le moment